Culture brésilienne



K.

K.
Bernardo Kucinski, K.
Traduit du portugais (Brésil) par Antoine Chareyre.
Editions Vents d'ailleurs (La Roque d'Anthéron), collection "Pulsations", 2016, 167p.
Présentation de l'éditeur:
Fondé sur des faits réels, proches de l’auteur, le récit romancé nous fait découvrir un pan de l’histoire brésilienne assez méconnu en Europe, contrairement au passé argentin similaire : les exactions du pouvoir militaire au Brésil des années soixante à quatre-vingt. Écrit du point de vue du personnage de K., il raconte la recherche de sa fille, disparue comme des milliers d’autres civils du fait des services de la dictature. À travers ce récit, se reconstitue une époque, mais aussi se révèlent les mécanismes universels du totalitarisme. Une oppression aveugle qui anéantit, dans tous les sens du terme, l’individu : celui-ci n’existe plus, il est simplement effacé. Mais bien vite, on sent le sujet se densifier, ne fût-ce que parce que K. a fui une autre oppression politique, des années auparavant, dans sa Pologne natale. Derrière cette expérience, se profile en filigrane le destin errant du peuple juif, son insécurité, son espoir, déçu, de retrouver un sol ferme sur un nouveau continent. On découvre alors, avec K., la communauté juive à São Paulo, son petit peuple, ses commerces, ses habitudes, son organisation. On redécouvre aussi une langue, le yiddish, en voie d’effacement. K. va plus loin encore. Certes, c’est la quête d’une enfant et on suit avec empathie la souffrance du père qui veut la retrouver. Mais à travers cette recherche, c’est un message existentiel, applicable à chacun, dans tous les pays et toutes les cultures, qui nous est proposé : qui est-on ? Existe-t-on vraiment ? Aux yeux de qui, de quoi ? N’existe-t-on que lorsque quelqu’un vous cherche ? Et n’est-ce pas alors trop tard ? Il n’est pas étonnant dès lors que le titre reprend le « nom » abrégé du personnage du Procès de Franz Kafka. Ce que le roman représente aussi au-delà d’une lecture historique et sociologique, c’est une fable philosophique qui nous emmène dans les régions inexplorées de nous-mêmes : comment arracher les bribes de vie à ce qui n’est même pas la mort, mais l’inexistence. Roman émouvant, K. nous charme par l’ambiance magique, étrange qu’il crée. Il nous ébranle aussi par sa construction en chapitres apparemment distincts les uns des autres et par son chemin labyrinthique, ainsi que par son style elliptique. K. n’est pas qu’un témoignage fort, il est aussi une œuvre littéraire qui se distingue par la qualité de l’écriture. Une écriture originale toute en retenue qui colle parfaitement à son sujet. Après l’Allemagne, le Royaume-Uni, le Japon, l’Argentine, l’Italie, et d’autres pays encore, il est important que la France découvre à son tour cette œuvre forte et la personnalité remarquable de son auteur.

http://www.ventsdailleurs.fr/


NICOLA SON - "Sampathique"

NICOLA SON - "Sampathique"
Un disque ancré dans la modernité, les sons urbains de São Paulo

Après deux premiers albums ayant exploré la musique carioca puis nordestina, le Français Nicola Són est de retour cette année avec un troisième album concluant sa trilogie brésilienne : Sampathique, empreint de musique paulistana.

http://nicolason.believeband.com/?lang=fr


Zé Boiadé - EP

Zé Boiadé - EP
Sortie digitale du premier EP de Zé Boiadé le 29 Janvier 2016 !
5 titres à découvrir en exclusivité sur Deezer, Spotify, Itunes, Amazon...
Enregistrés à Coaraze (06) en Octobre 2015 avec la participation de Teca Calazans (choeur, direction des voix).

Zé Boiadé puise son langage dans la chanson française, le choro, la samba et les rythmes nordestins du Brésil. Un tantinet dada, il s’amuse à décomposer et déstructurer les sons et les rythmes à la manière d’un collage, inventant une musique qui n’est qu’à lui et bouscule les frontières entre musique érudite et musique populaire.

Les quatre musiciens multi-instrumentistes jouent de leurs voix, de leurs guitares à 7 cordes, viola nordestine à 10 cordes, mais aussi trombone à coulisse et mélodica, cavaquinho et mandoline, ainsi qu'une large palette de percussions comme le pandeiro, les congas, le udu, le triangle, les kes kes...

En creusant toujours plus profond dans les traditions, Zé Boiadé tend librement vers une création unique et particulière, tour à tour dansante et contemplative, sautant le frevo et le caboclinho pour soudain plonger le spectateur au cœur d'une chanson en français ou en portugais.

Production La Roda 2015
Graphisme : jorantabeaud.com

www.laroda.fr


Alê Kali - Premier album solo

Alê Kali - Premier album solo
« L’artiste brésilienne Alê Kali présente son nouvel album éponyme qui sortira le 27 mai chez La Reverb’ / Rue Stendhal. Elle le présentera le mercredi 15 juin sur la scène du Studio de L’Ermitage.C’est l’accomplissement d’un rêve, la consécration d’une vie. Après vingt ans d’une carrière musicale entre deux continents, la chanteuse Alê Kaliprésente son premier album solo, empreint de sonorités brésiliennes. Samba, rock, bossa nova, forró, soul, funk, sons africains, héritage européen… L’artiste mêle habilement rythmes actuels et influences du passé, marquées par la richesse du folklore de son pays et par la culture contestataire née de la dictature militaire. Dans cet opus, Alê Kali interprète onze titres inédits et sur mesure, entourés par des compositeurs et contributeurs de talent (dont Silvano Michelino qui a notamment travaillé avec Chet Baker, Cesaria Evoria, Henri Salvador et Celia Reggiani invitée au piano sur un titre). De sa voix solaire, la Bahianaise nous conte ses racines, ses idéaux, ses expériences et ses rencontres. Les mélodies, tour à tour poétiques, engagées, explosives, entêtantes, dévoilent la personnalité de l’artiste par petites touches, tout en nuances. La guitare de Teteu Guillemant, la basse de Josias Liashw et les percussions d’Anthony Duvalle fusionnent avec ses mots et son timbre de velours, nous offrant un voyage singulier dans son univers, au-delà des frontières et du temps… Un bijou. L’album intitulé « Alê Kali », sera disponible à la vente à partir du 27 mai 2016 dans les bacs et en téléchargement. »

https://www.youtube.com/watch?v=2HTulWLJ9kM


Pas à pas - Aurélie & Verioca

Pas à pas - Aurélie & Verioca
Nouveau disque “Pas à pas“ (Sortie automne 2015 - Distributeur AMM)

Trois années de préparation et une année de production ont été nécessaire pour produire le deuxième disque de Aurélie et Verioca.
Raffinement des chansons, humour et joie de vivre restent les ingrédients de l’univers singulier de ce duo à l’identité résolument franco-brésilienne, en équilibre entre deux rives.

Pour cet album chanté en français et en portugais et enregistré entre Paris et la Bretagne, Rio, Belo Horizonte et são Paulo, Aurélie et Verioca ont fait appel à des musiciens d’envergure internationale.

Parmi eux :
- la chanteuse et compositrice Joyce Moreno (récemment en concert à Paris au New morning)
- le compositeur Swami Jr. (Outra Praia sorti chez Chant du Monde/Harmonia Mundi)
- le percussionniste de Titi Robin, Mayra Andrade, Sébasyien Tellier : Zé Luis Nascimento
- Le groupe de Choro de Minas Gerais Flor de Abacate
- Le percussionniste de Sixun, Michel Jonasz Stéphane Edouard
- Le flutiste de Mory Kanté, Thomas Vahle
Mais aussi Luis Filipe de Lima, (guitariste arrangeur de toutes les comédies musicales de Rio), Médéric Bourgue (Violoncelliste de Mônica Passos,Célia Reggianni), Cléa Thomasset (Flutiste de choro), Marco Ruviaro (mandoline), Osman Martins (Cavaquinho)

Cet album qui comptera 12 compositions entièrement inédites comptera également une version du célèbre morceau instrumental de Egberto Gismonti “Lôro“ dans une version en français écrite par Aurélie.

http://www.aurelieverioca.com/