Livres brésiliens



Le héros malgré lui

Le héros malgré lui
Sortie du recueil de poésie
Le Héros malgré lui/O heroi desvalido
de Maria Carpi
collection bilingue "Les Fruits étranges"
aux éditions Les Arêtes

9

Foi longa a viagem para advir
em corpo e penosa a luta
para erguê-lo da inércia.
E, todavia, nascer rompe

apenas o primeiro invólucro,
o mais tênue e maternal
tecido. A película do ar
é mais pétrea que o sangue.

Com o vagido inicial,
emergem em vizinhança
o corpo e a acompanhante
sombra. E a nostalgia

da sombra em ser corpo
para expor-se à existência,
repasto do esquecimento.
Ir além dessas adjacências

do corpo não é se distanciar.
Embarcar o corpo além
da coleta das sombras
não é navegar. O lugar

do distanciamento, o manancial
da vinha, encorpa a ferida.
O corpo alimenta o que a sombra
de joelhos mendiga. Cavalo ruminando

os talos. Transcender para dentro.


9

Long fut le voyage pour arriver
au corps et douloureuse la lutte
pour le soulever de l’inertie.
Et, pourtant, naître déchire

seulement la première enveloppe,
le plus ténu et maternel
tissu. La pellicule de l’air
est plus dure que le sang.

Comme un vagissement initial,
émergent du voisinage
le corps et l’ombre
qui l’accompagne. Et la nostalgie

de l’ombre d’être corps
pour s’exposer à l’existence,
repas de l’oubli.
Aller au-delà de ces limites

du corps n’est pas se distancier.
Embarquer le corps au-delà
de la quête des ombres
n’est pas naviguer. Le lieu

de la distanciation, la source
de la vigne, donne corps à la plaie.
Le corps alimente ce que l’ombre
mendie à genoux. Cheval ruminant

les tiges. S’élever à l’intérieur.

http://www.wix.com/editionslesaretes/lesaretes3 http://areteseditions.blogspot.com


K.

K.
Bernardo Kucinski, K.
Traduit du portugais (Brésil) par Antoine Chareyre.
Editions Vents d'ailleurs (La Roque d'Anthéron), collection "Pulsations", 2016, 167p.
Présentation de l'éditeur:
Fondé sur des faits réels, proches de l’auteur, le récit romancé nous fait découvrir un pan de l’histoire brésilienne assez méconnu en Europe, contrairement au passé argentin similaire : les exactions du pouvoir militaire au Brésil des années soixante à quatre-vingt. Écrit du point de vue du personnage de K., il raconte la recherche de sa fille, disparue comme des milliers d’autres civils du fait des services de la dictature. À travers ce récit, se reconstitue une époque, mais aussi se révèlent les mécanismes universels du totalitarisme. Une oppression aveugle qui anéantit, dans tous les sens du terme, l’individu : celui-ci n’existe plus, il est simplement effacé. Mais bien vite, on sent le sujet se densifier, ne fût-ce que parce que K. a fui une autre oppression politique, des années auparavant, dans sa Pologne natale. Derrière cette expérience, se profile en filigrane le destin errant du peuple juif, son insécurité, son espoir, déçu, de retrouver un sol ferme sur un nouveau continent. On découvre alors, avec K., la communauté juive à São Paulo, son petit peuple, ses commerces, ses habitudes, son organisation. On redécouvre aussi une langue, le yiddish, en voie d’effacement. K. va plus loin encore. Certes, c’est la quête d’une enfant et on suit avec empathie la souffrance du père qui veut la retrouver. Mais à travers cette recherche, c’est un message existentiel, applicable à chacun, dans tous les pays et toutes les cultures, qui nous est proposé : qui est-on ? Existe-t-on vraiment ? Aux yeux de qui, de quoi ? N’existe-t-on que lorsque quelqu’un vous cherche ? Et n’est-ce pas alors trop tard ? Il n’est pas étonnant dès lors que le titre reprend le « nom » abrégé du personnage du Procès de Franz Kafka. Ce que le roman représente aussi au-delà d’une lecture historique et sociologique, c’est une fable philosophique qui nous emmène dans les régions inexplorées de nous-mêmes : comment arracher les bribes de vie à ce qui n’est même pas la mort, mais l’inexistence. Roman émouvant, K. nous charme par l’ambiance magique, étrange qu’il crée. Il nous ébranle aussi par sa construction en chapitres apparemment distincts les uns des autres et par son chemin labyrinthique, ainsi que par son style elliptique. K. n’est pas qu’un témoignage fort, il est aussi une œuvre littéraire qui se distingue par la qualité de l’écriture. Une écriture originale toute en retenue qui colle parfaitement à son sujet. Après l’Allemagne, le Royaume-Uni, le Japon, l’Argentine, l’Italie, et d’autres pays encore, il est important que la France découvre à son tour cette œuvre forte et la personnalité remarquable de son auteur.

http://www.ventsdailleurs.fr/


BRASIL LA GRANDE TRAVERSÉE

BRASIL LA GRANDE TRAVERSÉE
De FRANK DEGOUL
Le regard et les questionnements d’un anthropologue parti, à contre-pied de sa discipline, au-devant du plus vaste pays d’Amérique du Sud. Une immersion dans l’histoire et la culture
du Brésil par la rencontre des principaux peuples qui composent la nation brésilienne, une approche vivante et incarnée, dans une langue réflexive et littéraire, des paradoxes majeurs
du Brésil contemporain. Une aventure humaine engagée illustrant, de manière poétique, la transformation intérieure induite par la marche au long cours.
Transboréal, 2015

http://www.transboreal.fr/


UNE RENCONTRE DANS LES FASTES DE L’AMÉRIQUE ? JULIO ROCA À RIO DE JANEIRO (ARGENTINE-BRÉSIL 1899)

UNE RENCONTRE DANS LES FASTES DE L’AMÉRIQUE ? JULIO ROCA À RIO DE JANEIRO (ARGENTINE-BRÉSIL 1899)
De HÉLÈNE VEBER
Grâce à une analyse de sources très diverses, le déroulé de la visite officielle du président argentin Julio Roca à Rio de Janeiro est minutieusement reconstitué. L’auteur montre au lecteur, à partir des éléments qu’elle a rassemblés, comment cette rencontre internationale est l’objet d’une mise en scène du pouvoir et de la nation. Hélène Veber propose ici une nouvelle approche de l’histoire des relations internationales, en projetant cette rencontre
diplomatique dans l’espace symbolique de la ville où elle a eu lieu et en multipliant les jeux d’échelle. Ainsi peuvent être repensées les politiques internationales de l’Argentine et du
Brésil, voire la diplomatie du Cône Sud dans son ensemble.
Éditions IHEAL (Collection Chrysalides), 2015

http://www.iheal.univ-paris3.fr/fr/vient-de-paraitre/une-rencontre-dans-les-fastes-de-lam%C3%A9rique-julio-roca-%C3%A0-rio-de-janeiro-argentine


L’ALTÉRITÉ AMÉRINDIENNE DANS LA FICTION CONTEMPORAINE DES AMÉRIQUES : BRÉSIL, ARGENTINE, QUÉBEC

L’ALTÉRITÉ AMÉRINDIENNE DANS LA FICTION CONTEMPORAINE DES AMÉRIQUES : BRÉSIL, ARGENTINE, QUÉBEC
De RITA OLIVIERI-GODET
La figuration de l'altérité amérindienne constitue l’axe thématique choisi pour explorer les relations littéraires interaméricaines à partir d'un corpus constitué de romans brésiliens, québécois et argentins, publiés depuis 1980.
Collection Américana, dirigée par Jean-François Côté, Presses de l’Université Laval 2015, avec le soutien de l’ERIMIT-Rennes 2 et de l’Institut universitaire de France.

http://www.pulaval.com/produit/l-alterite-amerindienne-dans-la-fiction-contemporaine-des-ameriques-bresil-argentine-quebec