Disques brésiliens



Le monde change - Monica Nogueira

Le monde change - Monica Nogueira
Monica Nogueira & Claude Monnet
"Le monde change"
Sorti en France en septembre 2004 (Nocturne)
PENSO POSITIVO www.ssohmusic.com

La rencontre d’une artiste avide de nouveautés et d’un réalisateur qui fusionne les genres.

A l’image du pays natal de Monica Nogueira, « Le Monde Change » est un juste mélange de modernité et de musiques brésiliennes traditionnelles. L’album propose des titres énergiques mais aussi des productions teintées de breakbeat, de mélodies bossa envoûtantes. Les compositions et les rythmes trouvent leurs sources dans les riches terreaux afro et brésiliens. Quant à Monica, elle vous donne l’impression de vous chuchoter à l’oreille des histoires, gaies ou mélancoliques, sur son pays.
La chanteuse rend aussi hommage à 4 auteurs/compositeurs : Gainsbourg, Jobim, Nino Ferrer et Djavan

Le résultat : un 1er album juste et équilibré, une introduction parfaite pour 2005, année du Brésil en France.

http://www.ssohmusic.com


Forróléidoscope- Orquestra do Fuba

Forróléidoscope- Orquestra do Fuba
Orquestra do Fuba
"Forróléidoscope"

Sorti en France le 11 juin 2004

distribué en France dans tous les réseaux de distribution (FNAC, VIRGIN, ...) par NOCTURNE et au BENELUX.




Issus de la toute fraîche et novatrice génération de Rio et São Paulo, les musiciens de l’Orquestra do Fuba déclenchent depuis deux ans à Paris, enthousiasme et ferveur.
Leur terrain de jeu est le « Forró ». L’expression désigne à la fois le genre de musique qui réunit tous les rythmes du Nordeste brésilien (xaxado, coco, baião, xote,…) mais aussi les fêtes populaires de cette région où on s’enivre de musique, de danse et d’eau de vie.
Les instruments sont l’accordéon, le triangle, le zabumba, la rabeca (sorte de petit violon artisanal, plus rythmique), guitare, cavaquinho et basse.
Tradition régionale, le Forro est redécouvert depuis quelques années par les étudiants qui en ont fait un nouveau terrain d’expression. L’Orquestra do Fuba apporte à cette musique des influences de samba, de bossa nova, de funk...Un répertoire varié, des compositions originales, quelques reprises : l’Orquestra do Fuba fait naître une ambiance festive et chaleureuse !


http://www.myspace.com/orquestradofuba

http://www.helicomusic.com/


Mosquitos

Mosquitos
Mosquitos
Sortie en France : Automne 2006

Disponible chez tout les bons disquaires et bien sur sur notre site.

Toute petite déjà, sur les plages d’Ipanema (Brésil), Juju Stulbach rêvait des sunlights de la Grande Pomme.
A quelques milliers de kilomètres de là, Chris Roots était élevé aux airs de Chris Mendès, imposés par une mère qui rêvait des plages du Brésil.
Au même moment, Jon Marshall était congédié dans sa chambre pour avoir pousser trop fort le volume de son Wurlitzer. C’est à Manhattan, au hasard d’une rencontre que Juju, Chris et Jon décident de méler leurs influences et leurs cultures musicales.
La musique de MOSQUITOS est un condensé de pop et de sons brésiliens faite par des new-yorkais d’adoption.
Des chansons sensuelles qui transforment ce coup d’essai en album hybride, subtil mélange de bossa nova et de pop, libre de toutes restrictions.
http://www.myspace.com/mosquitos

http://www.mvsrecords.com


Laranjas do céu - Os the Darma Lovers

Laranjas do céu - Os the Darma Lovers
Sortie en France : été 2008

Le départ est annoncé il faut se donner plus d’une oreille à cette ‘oferenda de som’ et attention il pleut ‘Laranjas do Céu’ ambiguïté de la couleur d’un ciel qui se dévoile de son acoustique, influence, pop rock…zen rock, musique dégustative, on n’a rien vu, il faut écouter Os the darmas appelé l’Ange Gabriel : on est dedans on survole, il y a le « corpo »: cette forteresse fragile d’un contrôleinsaisissable, contrôlable, à se faire bercer par une balade Fantastico, fantastique, cette veine d’homme statique qui borde le tragique.
Il faut apprendre à se connaître en se reconnaissant en ‘Três coroas’, là où tout est haut, tout est grand, tout est méditation…une mondialisation de sons, un voyage de Porto Alegre au Tibet sur des vagues humaines, en passant par le ‘Cara da flor’ on entend les hymnes d’amour, l’œil du soleil s’ouvre et le Bouda se fait en vers un moment de la création (souffre) de l’univers.

http://www.nacopajaz.fr